Pas un prof parmi tant d’autres

Alors que je terminais mes études à l’école secondaire, la tradition voulait que nous votions pour les professeurs que nous avions particulièrement appréciés. C’était un exercice un peu mesquin et surtout, très inutile puisque même les plus absents d’entre nous savaient quels professeurs étaient préférés, souvent parce qu’ils avaient de l’humour, une certaine flexibilité et surtout une jeunesse éternelle qui les rendaient accessibles et dignes de confiance. Mais mon amie Sylviane et moi avions voté pour Marc-André Laplante, un professeur de français près de la retraite, un peu grincheux et ayant visiblement perdu toute illusion quant à l’effet qu’il pouvait avoir sur des jeunes de 15-16 ans préoccupés davantage par leurs partys de fin de semaine que par les romans d’Yves Thériault. C’est ce qui notamment, selon nous, faisait son charme.

Avant de nous engager dans un travail d’analyse d’un roman québécois, Marc-André avait pris soin de nous en présenter des dizaines, ajoutant quelques indications sur les auteurs. J’avais l’impression de rencontre un vrai lecteur pour la première fois. Bref, ce Marc-André, m’a semblé bien plus charismatique qu’il ne l’aurait espéré lui-même et tout ça, grâce à ses lectures. Et à ses yeux bleus, je l’admets. Mon souvenir le plus représentatif de ce cours est campé dans une scène où Marc-André nous présente des romans un à un, nous décrit brièvement l’histoire et l’auteur, puis nous demande de réfléchir au roman qui fera l’objet de notre travail d’analyse. Ce n’est pas sa stratégie de gestion de classe (peu efficace) ni quelconques menaces de nous sortir du cours au moindre pas de côté (peu efficace) qui crée cette ambiance dont je me délecte encore aujourd’hui : personne ne parle, tout le monde a les yeux rivés sur lui et quelques élèves se jettent des regards curieux, se demandant si c’est possible d’avoir lu tous ces livres.

Marc-André n’a pas gagné le prix du professeur préféré. Il ne s’est d’ailleurs pas présenté à la remise des prix. Trop occupé à lire un nouveau roman peut-être. Je lui en remercie.

A propos ratonnedebiblio

Elle fait le pari que les gens curieux ont une longueur d'avance dans la vie.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Pas un prof parmi tant d’autres

  1. Anita dit :

    Holà ratonne de biblio!
    Voici une autre belle histoire de professeur… pas de littérature, mais de culture… Il y a une très belle histoire là-dessous, comme on les aime. Le hasard de la vie a fait qu’ils se sont retrouvés… Ensemble, c’est tout!
    http://www.mcgill.ca/news/2004/summer/epilogue/
    et aussi
    http://www.onf.ca/film/mr_merglers_gift/
    Anita

  2. Merci Anita. J’ai trouvé cette histoire touchante…et triste.

  3. Anita dit :

    En y repensant, j’ai réalisé que le don, le hasard et l’appréciation fonctionnent dans les deux sens. Trouver sur son chemin un prof marquant (ton billet), mais aussi trouver sur son chemin un élève marquant (comme Xin Ben pour Daniel Mergler dans la vidéo). J’en ai déjà rencontré plusieurs étudiants marquants. Je me considère choyée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s