Marquer le temps

J’ai entendu dernièrement à la radio que les gens appréciaient écouter de la musique car cela avait pour effet d’arrêter le temps. Entendre de la musique nous permet de ne rien faire d’autre, de vivre une « instantanéité » et d’y être complètement présent. Qu’est-ce qui tournait à Noël quand j’étais à la maternelle ? Michael Jackson. Qu’est-ce qui jouait l’année de ma graduation du secondaire ? Real McCoy. Lorsque j’ai fait un échange interculturel avec un étudiant de Berlin ? Everything but the girl. Cette chanson est tellement liée à la ville de Berlin pour moi que dès que je l’entends, je ressens un « high » pas possible.

Vous me voyez venir.

C’est la même chose avec la lecture. Le temps file à toute allure, mais on y est plongé intégralement. À preuve, je me souviens de ce que je lisais à plusieurs moments de ma vie.

Premier voyage en Europe: Le vieux qui lisait des romans d’amour
Vacances en Espagne: Cent ans de solitude
Premier congé de maternité: Le sabotage amoureux
Grippe terrible hiver 2009: Champagne
Grippe terrible numéro 2 hiver 2009: Borderline
Derniers jours de ma dernière grossesse: Cette histoire-là

Bon, je pourrais poursuivre la liste infiniment pour illustrer ce rapport lecture/temps. Les livres s’imprègnent dans le temps et vice versa, certains d’entre eux en tout cas. ll est vrai que j’ai lu « Les yeux jaunes des crocodiles », mais je ne sais plus quand et je ne me souviens plus pourquoi je l’ai terminé (espoir peut-être) et comment cela se termine. Par contre, je me souviens de m’être ennuyée comme une pierre. On ne peut pas tout aimer.

Je suis sans livre là. Je cherche quelque chose. J’ai terminé « On beauty » et je suis prête à reprendre une fiction pour changer de ton. Suggestions ? Dépêchez-vous.

A propos ratonnedebiblio

Elle fait le pari que les gens curieux ont une longueur d'avance dans la vie.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Marquer le temps

  1. Anita dit :

    Salut RatonneDeBiblio,
    Après La vie est brève et le désir sans fin, qui s’est avéré aussi décevant que le titre enivrant (pourquoi le prix Femina?), j’ai retrouvé la belle Nancy Huston, sa réflexion riche sur la vie, l’amour, le sexe, les hommes, les femmes, les enfants, les parents… dans Infrarouge. L’as-tu lu? Toujours aussi compliquée la vie avec Nancy, mais que c’est vrai et humain! «Les années, les mois et les jours sont naturels, mais c’est l’homme qui a inventé les semaines, les heures et les minutes». Il y a matière à méditer!

    Je vais retrouver Azteca ce soir, laissé en plan pour lire les deux autres romans mentionnés plus haut, empruntés à des collègues.
    Depuis une semaine ou deux, je fais la cuisine en compagnie de Michel Onfray qui me raconte la contre-histoire de la philosophie. Toute sa démarche philosophique, hédoniste, où il cherche à vivre sa philosophie, est inspirante. Deux exemples:
    Université populaire de Caen (conférences desquelles sont tirés les CD que j’écoute)
    http://upc.michelonfray.fr/
    Université populaire du goût (que j’aimerais y assister!!)
    http://upa.michelonfray.fr/

    Samedi soir passé, Nuit blanche, encore une fois trop de choix!
    Commencé la soirée à la GB à écouter les artisans de la Révolution tranquille (des extraits d’auteurs et personnes politiques divers, dont Réjean Ducharme – jamais lu, toi? – et deux fondateurs de la revue Mainmise, wow! – connaissais pas http://archives.radio-canada.ca/societe/jeunesse/topics/561-2867/ ). Fini la «soirée» au Métropolis à écouter trois ti-culs appelés Pompes tes pipes (http://soundcloud.com/pompetespipes). Vive Mtl!

    Bon, je ne t’aide pas trop à te trouver un nouveau roman avec tout ça!

  2. Ah mais oui j’ai lu Infrarouge ! Quelle belle toile d’araignée cette histoire. Nancy Huston fidèle à elle-même.

    Réjean Ducharme: l’Avalée des avalés. Lu il y a 10 ans au moins ! Je crois qu’il a d’ailleurs déjà gagné le combat des livre à Radio-Canada. Mais oui, c’est bientôt ! J’allume là, moi qui cherche un livre !

    Merci encore Anita, je vais visiter tes hyperliens tout de go.

  3. J’ai lu presque tous les livres de Kundera en Afrique et en Asie (ça rejoignait mes grands questionnements existentiels et amoureux de l’époque). Impossible d’oublier Les bonbons chinois de Mian Mian, lu quand je vivais à Taïwan, et La Plage, en Thaïlande (qui n’a tellement rien à voir avec le film, précisons-le), méga-cliché de routarde pleinement assumé.🙂 Tant d’autres m’ont accompagnée sur la route…
    Je viens de finir de lire le réjouissant «Le froid modifie la trajectoire des poissons» de Pierre Szalowski, dans mon très exotique condo longueuillois (lol). Je te le prête? Je termine aussi Tout bouge autour de moi (Dany Laferrière – j’aime, j’ai par moments l’impression d’entrer dans la tête des Haïtiens), et je vais enchaîner avec Haïti Kenbe la! de Rodney Saint-Éloi. Parfois, l’actualité influence aussi mes choix lecture…

  4. Ping : Livres, je vous aime | Taxi-brousse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s