Je veux aller au d.school

J’en suis consciente que cela transparait, je suis fascinée par les universités du « Ivy League », quelques huit universités américaines les plus prestigieuses de la Côte Est américaine. Ce n’est pas tant leur prestige qui m’impressionne, mais bien la qualité des travaux qu’on y réalise. Je dois lire, beaucoup, ce que mes collègues font au Québec, au Canada, en Europe et aux États-Unis. Quand l’article est écrit par un professeur d’une de ces universités, plus souvent qu’autrement, il m’est d’une grande utilité.

Alors que la Nouvelle-Angleterre compte sa ligue, il y a d’autres institutions intéressantes sur la côte ouest, pour les travaux et la culture californienne, évidemment. Je mentionnerai Berkeley, notamment célèbre pour son programme en arts. Mais il y a aussi Stanford, bien campée dans le mouvement du Palo Alto. Et c’est en écoutant « C’est bien meilleur le matin » que j’ai entendu parler de leur institut, le d.School, qui ne comprend aucun programme mais qui s’affaire à alimenter les programmes de toutes les facultés d’une discipline bien précise : LA CRÉATIVITÉ. Je suis dans ma voiture et je crie, tellement cette idée vient me chercher.

« We believe great innovators and leaders need to be great design thinkers. The d.school has become a hub for Stanford students and faculty in engineering, medicine, business, the humanities, and education to learn design thinking and work together to solve big problems in a human centered way. These students have taken the design thinking methodology and applied it in new places to new problems. Along the way, they have developed their own process for reliably producing innovative solutions to nearly any challenge. »

Quelques exemples d’innovation provenant de leurs étudiants:

– La confection d’un moulin pour faciliter la transformation de piments forts en poudre, graines et flocons de façon plus sécuritaire en Éthiopie.
– Le réaménagement des chambres dans une prison de la Californie afin de permettre plus de confort.
– La fabrication de panneaux solaires plus petits, plus économiques et plus efficaces pour des communautés africaines.

Le truc avec les chambres de prisonniers, cela vient d’un enfant de la 8ème année (14 ans), dont le père était incarcéré. Il a démarré ce projet avec toute sa classe, ce qui vous l’imaginez bien, a dépassé en terme d’apprentissage le cadre strictement architectural. Le d.School offre des camps aux élèves et ces derniers peuvent non seulement avoir accès à toutes les installations et aux laboratoires, mais plusieurs d’entre eux retournent dans leur milieu et font réellement une différence.

Il en va de même pour les enseignants. Au d.School, on considère que les enseignants sont des grands innovateurs, ou du moins ont les capacités de le devenir. Rafraichissant.

J’ai bien l’intention de m’inscrire à un cours d’été, lorsque j’aurai 12 000 $ US, ce qui signifie peut-être jamais. Qu’à cela ne tienne, on peut toujours télécharger leur coffre à outils en ligne, le Boot camp boot leg. Pour moi, c’est déjà fait.

A propos ratonnedebiblio

Elle fait le pari que les gens curieux ont une longueur d'avance dans la vie.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s